11 06 2015

48 heures d'innovation au Hacking Health de Milan



Ce hackaton sur le thème de la santé, dont le concept est né au Canada, a essaimé dans le monde entier. Retour sur la première édition italienne organisée fin mai par attoma Milan dans le cadre de l’exposition universelle.



Vendredi soir à Milan, les participants du Hacking health attendent avec impatience, la présentation des différents projets. 

Les concepteurs se relaient sur scène pour expliquer leurs idées et exposer leurs besoins à un public composé de médecins, designers et développeur. A chaque passage, des volontaires lèvent la main et peu à peu les équipes se forment. D’un commun accord, on fusionne deux idées trop proches et on convainc un participant trop enthousiaste venus pitcher 5 projets de choisir le plus pertinent.  En quelques heures, neuf équipes sont formées. Le rendez-vous est pris pour le lendemain matin.


Samedi matin à 8h, tout le monde est déjà prêt. Dans les équipes, on discute, on s’affaire à établir la to-do list de chaque projet. Deux sujets se détachent : un tiers des participants conçoivent des applications (Healthy, Food Angel et Healthy Spesa) permettant à un public précis de manger plus sainement tandis que la moitié  des équipes (Neurocooking, Respy, OPEN Door et COPD controller) se penchent sur la mise à disposition d’informations utiles et la surveillance à distance de patients souffrant de maladies lourdes. Alcool et RE : ability font bande à part. La première équipe veut créer une application ludique pour rééduquer des patients récemment opérés de la main, l’autre aimerait alerter tout un chacun sur sa réelle consommation d’alcool.

 

Dans la matinée, des tuteurs passent voir chaque équipe, les interrogent sur leurs projets, leur manière de travailler. Une façon d’évaluer leurs besoins et de vérifier que tout le monde part dans la bonne direction. L’ambiance est studieuse. Qui délivrera son application dans les temps ? Deux organisateurs venus du Canada, observent le bon déroulement de l’événement. Dans un coin, deux designers dessinent les écrans de leur future application, pendant que deux développeurs codent à leur côté. L’expertise des médecins présents dans chaque équipe est primordiale. Ici un psychologue, là un pneumologue, un peu plus loin un nutritionniste. La journée avance à toute allure. Vers 22h, certains rentrent chez eux alors que d’autres décident de profiter des locaux ouverts pendant toute la durée du hackathon. Ils travailleront toute la nuit.

 


Dimanche matin, les dernières évolutions sont intégrées aux neuf prototype mais déjà, vers 11h, les groupes sont appelés les uns après les autres pour une pré-présentation de leur projet. Les tuteurs aident les participants à peaufiner leur présentation de l’après-midi. 




Ce week-end intense s'achève par la remise des prix. Le premier Hacking Health Milan récompense l'équipe de Re-ability. 
Leur application qui combine une interface ludique et un capteur de mouvement a séduit le jury. Elle permet de rendre moins fastidieux les exercices quotidiens que doivent faire les patients récemment opérés de la main. Le patient doit par exemple gonfler un ballon avec sa main, le capteur de mouvement permettant de vérifier qu'il effectue la bonne chorégraphie de l'exercice. Ce petit outil très ciblé, très efficace et qui peut être utilisé par tous les physiothérapeutes, sera développé pendant 6 mois au sein de l'incubateur de start-up PoliHub. 

  Vivement l'année prochaine !